Edwina de Charette de la Contrie : “laContrie c’est un choix de vie, sur le long terme. C’est un cheminement à la croissance organique et humaine.”

EDWINA_la contrie

_la contrie

C’est également au détour d’une rue, joliment porté en bout de bras, mais aussi entre deux posts sur les réseaux que j’ai découvert les beaux objets créés par Edwina de Charette : des sacs. Un grain de cuir, un piqué, une forme bien campée, … Un design pas si classique et qui tout en évoquant un artisanat et un savoir-faire traditionnel, exprime autre chose que le passé. Bref, il fallait absolument que je discute avec Edwina pour comprendre ce qui l’avait inspiré et comme à mon habitude quel était également son parcours. Ex-journaliste, la fondatrice de laContrie est aujourd’hui à la fois créatrice mais aussi dirigeante d’une boutique, dans laquelle elle propose des sacs et des accessoires en cuir, tous faits main et réalisés à la commande, dans un (vrai) esprit atelier. Elle y reçoit une clientèle initiée, qui est accueillie comme chez un tailleur façon Saville Row, et peut choisir à la fois les couleurs, les qualités de matière, les associations, les inscriptions etc. qui feront de son sac sa pièce unique, très personnelle. Pour se lancer dans cette aventure, l’entrepreneure n’a pas seulement appris le métier de manager mais également et surtout les gestes, les techniques qui font naître l’objet. Echange.

Madame Business : laContrie c’est votre nom (ou une partie) et en même temps cela sonne comme une riposte, un contre-pied qui pourrait assez bien définir votre démarche créative ? Commentez.

Edwina de Charette : Je ne vois pas mon choix de nom comme une riposte mais plus comme une acceptation de ce que je suis, de mon background. laContrie est une partie de mon nom à “rallonge” Edwina de Charette de la Contrie. Un choix fait après une recherche de nom, une réflexion sur ma démarche et sur l’ADN de la marque que j’étais en train de créer.

MB : Cette posture créative correspond-t-elle à une réalité économique ? Votre modèle est-il rentable avec les contraintes de qualité, de temps, de distribution que vous vous imposez ?

EDC : Il ne s’agit pas d’un choix économique rentable à court terme ou d’un modèle économique basé sur le débit et des gains rapides comme le monde d’aujourd’hui nous pousse à en faire. C’est un choix de vie, sur le long terme. C’est un cheminement à la croissance organique et humaine. Le produit est façonné à la main 11 rue de la Sourdière. laContrie a le luxe de faire du luxe.

MB : Vous avez précédemment été rédactrice en chef d’un magazine pour la télévision française. En quoi cette expérience (et d’autres) ont-elles influencé la création de laContrie et lesquels de vos ‘savoir-faire’ recyclez-vous ?

EDC : Oui j’ai été rédactrice en chef de l’émission Paris Dernière présentée par Frédéric Taddei et produite par Thierry Ardisson. Auprès de Thierry Ardisson j’ai appris à être encore plus efficace. Je dirai que monter laContrie a demandé exigence, rigueur et travail comme pour une émission de télévision. Mon background, mon éducation et mon perfectionnisme sont recyclés dans laContrie.

MB : Qu’est-ce qui différencie laContrie de jeunes maisons comme Tsatsas, Moynat (pas vraiment jeune mais très récemment ‘réveillée’), Ragazze Ornamentali, … ? au delà de la comparaison, l’atelier laContrie s’inscrit-il dans une tendance glocale valorisant un artisanat raisonné ?

EDC : laContrie est une nouvelle marque qui ne cherche pas à être à la mode à proprement dit. Elle peut l’être selon les choix de couleurs et de cuirs. laContrie se construit dans la durée, la valeur sûre et la qualité. laContrie a un but, que chaque modèle soit intemporel et que chaque modèle puisse s’adapter au style de son futur propriétaire.

MB : Décrivez-nous votre eco-système (conseils business, associés, artistes, créatifs, artisans, …) et les parties prenantes de laContrie.

EDC : J’ai grandit au sein d’une famille exigeante, élevée par une mère artiste (sculpture, objet, peinture) et avec un proverbe “la facilité mène aux difficultés”! Ma famille qui a évolué dans le luxe français est ma principale source d’inspiration ; j’ai aussi été privilégiée car j’ai ‘baigné’ dans un milieu cultivé et argenté qui m’a donné accès à de jolies choses, de qualité. L’art est aussi une source d’inspiration, en général, car je suis friande d’expositions. Je suis aussi influencée par mes amis créatifs ou artistes comme Boris Tellegen, Mode 2, Ill Studio. J’aime aussi bien Vuillard que Calder. Sinon je n’ai pas d’associé et je viens d’être sélectionnée par le dispositif Au Delà Du Cuir qui commence tout juste à m’aider.

MB : Si vous deviez décrire votre client type (ses goûts, sa ville, ses voyages, son restaurant …) …

EDC : Je n’ai pas l’impression que le client type existe car chaque sac est fait aux mesures et selon le goût de chacun de mes clients. Chacun s’approprie son sac, chacun le crée et lui donne un style en fonction de ses choix personnels.

laContrie.com, 11 rue de la Sourdière, Paris.

la contrie_lacontrie la contrie_lacontrie la contrie_lacontrie

About businessmadame

founder of Business Madame ... since 2007

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: