Once upon a chair … Histoire de chaises (fin)

arflex jean nouvel ©Arflex©Arflex

Once upon a chair … à parler de chaises je me suis égarée. Et à les accumuler elles pourraient s’aligner jusqu’à former un sofa. Se serait Ploum de Ronan et Erwan Bouroullec pour Ligne Roset (à la boutique Réaumur à Paris) ou A space to think d’Ania Rosinke, finaliste du Prix Emile Hermès. Pour autant, les chaises sont pour les designers un gimmick comme je vous le disais en ‘ouverture’, un prétexte pour donner sa contribution au monde du design, faire son entrée. Faire la preuve de sa capacité à imaginer un objet simple, ergonomique, ‘socialement’ équilibré, une certaine maîtrise des contraintes liées à son industrialisation, … Pour les profils bien plus seniors,  au contraire, elle est la démonstration d’une distance avec la contrainte, une maturité qui permet de la dépasser et même d’en jouer, poussant les limites entre fonctionnalité et art décoratif. Asseyons-nous donc et poursuivons la conversation. Parmi les chaises qui m’ont inspirée et qui étaient dévoilées pendant les DDAys 2014, entre autres, notons celle signée par Jean Nouvel pour Arflex plus conceptuelle et radicale dans ses formes, l’antithèse de Ploum. Telle cette proposition de Big Game pour l’éditeur Moustache, accompagnée d’une suspension d’Inga Sempé, au sein des collections permanentes du Musée des Arts Décoratifs (Paris), cette chaise est également présente dans les collections du MoMA (NYC).

Chez Cassina Maestri, l’on fait revivre une belle endormie dessinée par l’américain Franck Lloyd Wright, plus connu pour ses travaux d’architecture. Ici il s’agit de la chaise Taliesin qui est rééditée dans une version ‘extra-large’ soit un dossier d’assise super long qui en fait une pièce quelque peu ‘monumentale’. La variation du modèle dans ses trois autres versions est intéressante à étudier. Un bel exercice qui devrait faire changer d’avis ceux qui pensent que les déclinaisons n’ont que vocation à augmenter la saisonnalité du produit, et bien non ! Les propositions du designer peuvent combler bien d’autres nécessité, utilitaire ou esthétique.

Oui … vous vous demandez quelles assises me font vraiment tomber de ma chaise ? J’ai nommé la Womb et l’excutive armchair de Saarinen pour Knoll ainsi que la Standard, bien entendu, par Jean Prouvé … Quelques-unes des assises qui siègent au sein de mon panthéon du mobilier.

Le canapé Ploum est en vente chez Ligne Roset Réaumur – 68 rue Réaumur – Paris 3ème – 01 44 54 02 82 www.ligneroset-parisreaumur.fr

 

 

About businessmadame

founder of Business Madame ... since 2007

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: