Sylvaine Cussot, aka Sissi, team Asics, semi professionnal trailer : ” … plaisir et performance ne sont pas incompatibles et je pense même que ça peut être la clé du succès !”

ASICS-Sissi Cussot6
Cet été ça a été un plaisir de partager avec vous des entretiens avec des sportives de haut niveau ! Vous avez aimé donc en voici une nouvelle série qui débute avec Sissi Cussot, membre de l’équipe de trailers Asics. Sissi a débuté sa carrière à la trentaine et personnellement je trouve cela assez exceptionnel. Pas sur la forme mais le fond. Il y a en effet peu de sports qui vous permettent de commencer en mode professionnel ou semi professionnel après l’adolescence, voir l’enfance. Attention, bien entendu, Sissi ne s’est pas découverte une passion pour le sport ‘sur le tard’ mais plutôt elle a entrepris de pratiquer un style de course différent de celui qu’elle pratiquait auparavant. Je ne suis pas du tout au niveau de Sylvaine, mais je me suis mise au semi-marathon depuis quelques mois : j’ai couru mon premier ‘semi’ à Boulogne à la rentrée après m’être entraînée tout l’été. Avec le soutient d’Asics, c’est ‘au volant’ de mes Asics Kayano Gel 20 que j’ai atteint les 20 km pour la première fois depuis 15 ou 20 ans au moins … J’ai un ménisque abîmé et donc des genoux assez douillets qui ont adoré cette version de la ASICS Gel-KAYANO 20 … mes chevilles aussi. Comme Sissi, enfant et ado, j’étais très sportive et la course faisait partie de mes sports de prédilection. J’ai également eu une période trail en montagne dans le Vercors et en Auvergne … Voilà … Mon prochain objectif est le Semi-Paris en mars 2015. J’aimerai bien faire un ‘semi’ à l’étranger aussi mais bon ça c’est pour plus tard … Pour le moment la parole est à Sissi.
//

BM : Vous avez commencé le trail à 29 ans quand d’autres le commence beaucoup plus jeunes. Quels sont les avantages et les handicaps de votre profil  ?

Sylvaine Cussot : En fait j’ai commencé à courir très jeune et la course à pied a toujours fait partie de ma vie. Mais j’ai longtemps pratiqué juste pour le plaisir, sans objectif de performance. C’était clairement plus un loisir, une passion partagée. C’est plus tard, il y a 2/3 ans en effet, en découvrant le trail-running que je m’y suis mise plus sérieusement avec une recherche de progression. Le fait de rencontrer mon homme qui pratique dans le haut niveau a aussi été un élément déclencheur. Je ne sais pas s’il y a un âge idéal pour démarrer dans cette discipline, mais je crois qu’il est important d’appliquer le principe de la progressivité et de suivre ses envies. C’est certain que l’expérience apporte et qu’il faut quelques années pour se sentir prêt à affronter certaines épreuves, mais je pense que la naïveté de l’inconnu peut aussi être un avantage !

BM : Enfant vous étiez déjà une sportive assidue puis au cours de vos études vous avez mis le sport de coté. Comment et pourquoi avez-vous été rattrapée  par le sport, au point d’en faire une pratique semi pro ? 

SC : Après mon BAC ES, j’ai intégré une classe préparatoire HEC dans le but de me préparer aux concours d’entrée aux Grandes Écoles de Commerce. Soit deux années très intenses à étudier et peu de temps pour faire autre chose. J’avais vraiment à cœur de réussir mes études et j’ai fait beaucoup de sacrifices ces années-là en me consacrant uniquement à cela. La course à pied est une activité dévorante et je culpabilisais d’aller courir plutôt que de travailler … Aujourd’hui je ne suis pas coureuse professionnelle, j’ai un métier à temps plein comme de nombreux autres coureurs qui courent à haut niveau, mais j’ai la chance de travailler depuis 2 ans pour une société dont l’activité touche la course à pied, avec un patron très compréhensif ! Avant cela, j’ai occupé un poste de responsable recrutement dans une société de service en informatique à Toulouse et concilier les deux (sport et profession) était un peu plus difficile à cause des horaires.

BM : En quoi cette expérience vous aide-t-elle à être une sportive plus accomplie ?

SC : Personnellement j’ai besoin d’un équilibre pour être bien dans ma tête et mon corps. Avoir un job, une passion, un environnement familial, et essayer de bien harmoniser le tout, voilà ce qui me paraît équilibrant et motivant. Quand on a la chance de pouvoir tout concilier, c’est super ! Mon activité me le permet aujourd’hui, c’est top ! Dans mon précédent job, c’était plus compliqué, mais ma profession m’apportait d’autres choses tout aussi enrichissantes et le dépassement au travail est quelque part aussi valorisant que le dépassement en sport, c’est autre chose. Mais je pense que quand on a le caractère à vouloir se dépasser, on peut utiliser ce trait de personnalité pour tous types d’activités, qu’elles soient personnelles ou professionnelles.

BM : Quel serait votre conseil à quelq’un qui envisagerait de passer semi pro ?

SC : C’est une décision qu’il faut mûrement réfléchir ! Se demander pourquoi on passe le CAP, quelles sont les réelles motivations qui nous poussent à le faire. C’est important aussi d’avoir conscience des conséquences engendrées et de s’assurer d’être prêt psychologiquement et physiquement à le faire. Bien sûr, il faut aussi avoir la solidité financière pour ça. C’est difficile aujourd’hui de vivre de sa passion sportive.

BM : Pourquoi avez-vous choisi le trail ? Quel impact a votre partenariat avec Asics sur votre pratique quotidienne et votre mental en compétition ?

SC : Mon homme pratiquait le trail running à haut niveau quand je l’ai rencontré il y a maintenant plus de 4 ans, et c’est lui qui m’a motivé à essayer ! Pas très convaincue au départ, j’ai finalement rapidement été conquise et les résultats sont venus progressivement, ce qui m’a aussi encouragé à persévérer dans cette discipline ! Avoir l’aide d’un sponsor comme ASICS est une source de motivation incroyable ! On croit en nous, on nous fait confiance … Forcément, ça pousse à se dépasser pour être à la hauteur des attentes mises sur nous. Il y a forcément l’envie de ne pas décevoir, et ça veut dire aussi parfois, s’entraîner dans le but de performer et un peu moins dans le seul but de prendre du plaisir. Mais plaisir et performance ne sont pas incompatibles et je pense même que ça peut être la clé du succès !

BM : Comment gérez-vous vos entraînements et vos compétitions, d’autant plus que votre ‘moitié’ est aussi un sportif de haut-niveau ?

SC : C’est un avantage de partager ce sport avec sa moitié ! On apprend beaucoup l’un de l’autre, on se motive, on s’encourage, … Ce n’est que du positif parce que la passion de l’un n’est pas un poids pour l’autre, mais au contraire, cela apporte une richesse et une complicité supplémentaires au couple ! On s’arrange un maximum pour que la vie de famille ne subisse pas de cette passion dévorante : des entraînements entre midi et deux (au lieu du soir), un jour off par semaine que nous avons fixé le samedi pour profiter des enfants. C’est important de ne pas vivre qu’à travers ça non plus.

BM : Quels autres sports pratiquez vous ? Quand et pourquoi, avec qui ? 

SC : Le temps qu’il reste après le travail et la course à pied est consacré à quelques loisirs et à la famille ! :-) Donc pas d’autres sports, il faudrait pour cela que les journées fassent 48h pour grappiller sur le temps de sommeil … Pas simple !

BM : Vous avez participé au projet « OutRun the Sun ». Racontez-nous cette expérience. Quel est votre prochain challenge ?

SC : ASICS a lancé ce projet l’été dernier : tenter de courir en relais le tour du Mont Blanc, plus vite que le soleil ! Un défi original super motivant pour plusieurs raisons : parce qu’il dépasse le simple objectif de compétition et de dépassement personnel, il implique un travail d’équipe et de réalisation collective. Le concept est novateur. Se battre contre le soleil, un élément naturel, est une belle image dans la discipline du trail, dans la mesure où le traileur doit composer avec la nature pour pratiquer. Une expérience incroyable vécue par des athlètes venus des quatre coins du monde, des rencontres, des bons moments de partage et d’émotions : j’ai eu de la chance de vivre tout ça ! Mon prochain challenge ? Essayer d’être à la hauteur en 2015 et de remplir tous les objectifs que je me suis fixée !

About businessmadame

founder of Business Madame ... since 2007

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: